1. David Ames Curtis

    inscrit via Google

    CORRECTION SVP

    Permettez-moi de vous signaler une correction à faire dans ce texte sur votre site :

    http://theconversation.com/oublier-castoriadis-75108 Cédric Faure. “Oublier Castoriadis?” (April 4, 2017).

    que nous allons, par ailleurs, recenser bientôt dans la webographie française sur notre site Cornelius Castoriadis / Agora International pour nos 2.200+ abonné(e)s. C’est Cédric Faure lui-même qui a eu la gentillesse de me fournir votre adresse électronique.

    À la fin de l’article, il est noté : “Pour aller plus loin, vous pouvez visiter le site du collectif Lieux communs, le site de l’Association Castoriadis ou ce site consacré au philosophe”.

    Au début, theconversation.com a écrit “ce site anglophone”, ce qui n’est pas correct : notre site Cornelius Castoriadis / Agora International n’est pas exclusivement un “site anglophone”, comme indiqué en bas du texte, parce que nous avons des bibliographies et webographies maintenant en 19 langues, dont le français. Nous sommes très reconnaissants que cette erreur, “anglophone” a été déjà corrigé en supprimant ce mot.

    Pourtant, vous citez les sites du Collectif Lieux Communs et de l’Association Cornelius Castoriadis nommément, mais pas la nôtre. Auriez-vous la gentillesse de nous traiter comme les deux autres sites, en mentionnant plutôt “le site Cornelius Castoriadis / Agora International” au lieu de, assez bizarrement, simplement “ce site”.

    Finalement, permettez-moi de vous signaler que, pour un article francophone comme celle de Cédric Faure, c’est plus utile, pour les lecteurs francophones, de créer un hyperlien à la page d’accueil française de notre site : http://agorainternational.org/fr/index.html , au lieu de la page d’accueil anglophone : http://www.agorainternational.org/

    En attendant votre réponse, je vous prie, Madame, d’agréer mes salutations les meilleures.

    David Ames CurtisAgora InternationalE-MAIL: curtis@msh-paris.frSKYPE: davidamescurtisCornelius Castoriadis/Agora International WebsiteURL: http://agorainternational.org/fr/index.htmlURL: http://kaloskaisophos.org/rt/rtdac/rtdac.html

    Lire plus
          1. David Ames Curtis

            inscrit via Google

            En réponse à Cédric Faure

            Une réponse bien curieuse, Cédric, sur un site qui s’appelle “laconversation.com”. Pourquoi cette violence en paroles, ce désir de m’exclure, cette tentative désespérée d’attaquer ma bonne foi et mon sérieux, alors que j’ai travaillé étroitement avec Castoriadis les treize dernières années de sa vie, publiant plus d’un million de mots de ses écrits en traduction anglaise (“David [Ames Curtis] est un traducteur comme on en rencontre rarement, consciencieux à l'extrême, vérifiant inlassablement tout ce qu'il fait, n'hésitant jamais à demander l'avis des auteurs sur ce qui peut poser problème dans les textes sur lesquels il travaille. Il a maintenant traduit six volumes de mes écrits, qui ont été publiés par la University Press of Minnesota, par la Oxford University Press, par la Stanford University Press et par Blackwell’s. Pierre Vidal-Naquet, dont il a également traduit et publié plusieurs ouvrages et qui, philologue de métier, est d'une exigence scolastique sur l'exactitude et la précision des expressions, ne tarit pas d'éloges sur son compte.” – Cornelius Castoriadis, 19 juillet 1997) et menant à bon, avec son soutien, un travail sérieux et bénévole en collaboration avec des bibliographes-webographes maintenant en 18 langues depuis 20 ans sur le site Cornelius Castoriadis / Agora International http://agorainternational.org/fr/index.html ? Christian Delacampagne a écrit (Le Monde, 22 décembre 2000) : “En Amérique [la pensée de Castoriadis] bénéficie, en la personne de David Ames Curtis, d'un remarquable traducteur” http://www.lemonde.fr/archives/article/2000/12/22/cornelius-castoriadis-et-l-esprit-d-utopie_3708501_1819218.html#xz6b5Z6ASKlBwqs6.99"

            Ci-dessous, ce que je t’ai envoyé en réponse à ta précédente communication, violente - qui prônait, auprès des organisateurs de ce site “theconversation.com”, la censure envers moi :

            Cher Cédric :

            Merci de ta réponse, qui me semble une réaction exagérée (overreaction) par rapport à mes intentions, bien moins méchantes que ton interprétation.

            J’ai écrit trois fois directement à Mme Zannad, à ta suggestion, et elle ne m’en a même pas accusé réception. C’est pour ça que j’ai envoyé la même chose comme commentaire pour cette page web de “laconversation”. Je vois que, sans le moindre état d’âme, elle vient d’apporter les corrections poliment demandées - et sans exercer la censure que tu réclames maintenant.

            Pourquoi cette interprétation bizarre de ma demande polie de citer correctement un site (Cornelius Castoriadis / Agora International) pour que les gens puissent savoir ce que c’est ? Pourquoi serait-elle de faire de la “publicité” ? C’est maintenant la seule façon imaginable de communiquer dans ce monde (commercial), la “publicité” ? Partager des informations d’une manière participatoire, “grassroots” et non hiérarchique (2.200+ individus et organisations partagent ces informations sans la moindre censure) dans le but d’aider les gens à faire avancer eux-mêmes le projet d’autonomie sous toutes ces formes, ça c’est ce dont il s’agit. Notre site n’est pas commercial, et dans un sens plus large, la “publicité” (offenlichkeit), c’est rendre public des informations utiles.

            Je n’ai pas dit que tu sois “obligé” de mentionner le nom du site Agora International. J’ai essayé de faire valoir que, si une page web cite un site (Association Castoriadis) par nom, il n’est pas correct, pour un universitaire, de manquer à citer le nom de l’autre site dont tu fais allusion. N’étant pas universitaire moi-même, je suis désolé de me voir “obligé”, justement, de leur faire rappeler si souvent des règles élémentaires concernant des citations, etc.

            J’espère que cette pique de réaction à mon effort sincère va dissiper après ma réponse. En relisant mes remarques, je vois que j’aurais dû écrire “une correction à faire sur cette page” au lieu de “une correction à faire dans ce texte”. Je te prie de m’excuser de mon manque de précision. Si Mme Zannad veut corriger mon petit commentaire ainsi, je ne vois pas d’objection. C’est en partageant des points de vue, parfois différents, que nous arrivons à une meilleure compréhension de la vérité.

            J’espère que, cette pique de réaction dissipée, tu citeras encore notre site lorsque tu parles de Castoriadis et / ou Socialisme ou Barbarie, pour que tes lecteurs peuvent en avoir connaissance et accès. Un universitaire honnête ne supprime pas des informations utiles et pertinentes et ne demande pas la censure.

            Continuons “la conversation”.

            Sincèrement,

            David